Education

On écrit bruit, crédit et édit avec un t, mais pas abri.

C’est une des punchline du TEDx vidéo ci-dessus qui parle de notre belle langue de Molière et de son orthographe….disons, un peu compliquée.

Et on y apprend notamment que notre orthographe est complexe (12 façons d’écrire le son « s » quand même !) car au 17ème siècle la bourgeoisie française en a fait un signe de distinction. Un signe de reconnaissance des gens éduqués VS les autres.

Et dire que Molière lui même ne se compliquait pas autant la vie en ortografe.

Apprendre à nager

Un peu comme pour l’apprentissage du vélo, ma deuxième fille a réussi à se lancer dans le grand bain non pas pour se débarasser de ses flotteurs gênants, mais bien pour prouver aux autres qu’elle en était capable.

A chaque arrivée de l’autre du bassin elle multipliait fièrement les tu as vu hein ? Et à peine sortie il fallait qu’on envoie un texto à papi pour lui dire.

Gueuler sur son chien

Vous avez surement dejà croisé des gens qui crient comme tout sur leur chien (devant les autres) pour lui indiquer d’avoir tel ou tel comportement.

Pour moi, là encore c’est le besoin de reconnaissance qui est en cause. Ce sont souvent des gens qui ont de manière générale du mal à en obtenir. Du coup ils essayent de faire reconnaître aux autre qu’ils arrivent au moins à faire obéir un chien.

Quitte à le pourrir voir le frapper.

Respecter le temps passé à

Une des trucs pour lesquels je crois que le dispute le plus les enfants (voir aussi ici) c’est quand ils ne respectent pas le temps qu’on a passé à par exemple :

  • nettoyer la maison ….et ils n’enlèvent pas leur chaussures !!
  • mitonner un bon petit plat …et ils ne mangent même rien !!

On peut même parfois arriver à des situations complètement ubuesques du genre obliger sa fille à sortir avec les couettes qui lui font un peu mal (car rangées sous la casquette). Tout simplement parce qu’on a passé du temps à les faire ces foutus couettes et qu’au moment de sortir on se rend compte qu’il faut mettre une casquette et donc logiquement les défaire !!!

Tout celà vient du fait qu’en ne respectant pas le temps investi par quelqu’un à faire quelque chose, on ne reconnait pas son utilité. Et celà engendre de la frustration qui amène de mauvais comportements.

Apprendre à faire du vélo

Comme quasi tous les enfants, mes filles ont un jour eu suffisamment de motivation pour apprendre à faire du vélo sans les petites roulettes.

Et pour chacune d’entre elles le même constat : ce qui les a motivé par dessus tout ce n’était pas de savoir faire du vélo, mais de montrer à maman (ou à la grande soeur, ou aux papis / mamis, ou aux copains…) qu’elles savaient en faire.
Du coup le meilleur moyen de les aider à passer le cap de papa il tient plus le vélo que j’ai trouvé, c’était de les filmer. Et surtout de promettre d’envoyer la vidéo aux papis, mamis, copains etc…

Choisir la chanson dans la voiture

Je sais pas vous, mais dans ma famille quand il s’agissait de choisir quelle musique on met dans la voiture, c’était toujours un énorme bazar et source de conflits.

La grande voulait qu’on mette sa playlist, la petite la sienne et papa / maman n’était pas fan de l’idée d’écouter ni l’une ni l’autre.

Ce qui m’embêtait le plus là dedans (je parle au passé car j’ai trouvé l’astuce ci-dessous), c’est surtout que je ne pouvais pas profiter de ces moments pour essayer de faire découvrir à mes filles d’autres type de musique qu’Ariana Grande.

Mais ca c’était avant.
Avant que je comprenne que ce qui créée cette situation cétait avant tout le besoin de reconnaissance : mes filles n’avaient pas forcément besoin d’écouter leur musique mais qu’on les écoute elles, qu’on prenne leur avis en considération. Elle disait en fait : hého la devant, on existe, on a aussi le droit de donner notre avis !

Pour contourner le problème, on a trouvé le truc suivant : on met la playlist des parents, mais ce sont les enfants, à tour de rôle qui donnent un chiffre. Ce chiffre représente le nombre de fois où j’avance jusqu’à la chanson suivante.
Résultat : on écoute de la musique des parents, l’avis des enfants est pris en compte et elles découvrent des nouvelles chansons au passage.

La parentalité positive est à la mode

Un des piliers de cette tendance éducative que de plus en plus de gens s’approprie c’est de reconnaître en tant que personnes à part entière les enfants. La parentalité positive invite à apporter cette reconnaissance à travers l’écoute empathique, le droit à l’expression émotionnelle et un amour inconditionnel.

Celà aide l’enfant à alimenter ces besoins fondamentaux : prendre confiance, se sentir exister, se sentir accepté, se sentir apprécié.

Les bons points

Je parle de ceux distribués par la maîtresse aux enfants pour récompenser une bonne action ou un bon comportement.

Cette technique éducative continue à prouver son efficacité au travers des années.

Elle est 100% basée sur le besoin de reconnaissance.
Vous avez déjà regardé les yeux des enfants qui brillent quand ils rentrent à la maison en montrant fièrement leur bon point ?

On paye un bras des écoles privées

Et les parents payent ses écoles essentiellement pour deux raisons

1/ Ca leur procure de la reconnaissance immédiate auprès de leur cercle d’amis en mode mon fils va à l’école à…

2/ Ils ont le secret espoir que grâce la super éducation qu’il va recevoir dans ces écoles aura plus tard un super job. Et que du coup les parents remplissent une nouvelle fois leur jauge de reconnaissance avec des phrases du genre mon fils a bien réussi, il est….
Pour moi quand on dit ça, on dit en fait plutôt: tu vois, je suis un super parent, mon fils a bien réussi parce que je l’ai bien éduqué.

Il existe des tampons « Champion de dictée »

Sur Amazon, les maîtresses peuvent acheter ça :

Puis elles l’utilisent pour valoriser un élève qui a particulièrement était bon dans l’exercice de la dictée. Plus valorisant et motivant que la simple note.

A chaque fois que ma fille est « Championne de dictée » vous pouvez être sur qu’elle m’en parle. Alors que quand elle a juste une simple bonne note (genre un A), ça semble lui apporter moins de reconnaissance.