Food

Je connais le patron !

Il vous est peut-être déjà arrivé d’aller déjeuner dans un restaurant avec un ami qui connaît le patron. Et ZE moment, c’est quand ce dernier sort de la cuisine pour venir saluer votre ami qui, fier comme un paon, vous présente le patron en question.

Je pense que dans ce moment précis, le besoin de reconnaissance joue un rôle très important. A mon sens, il y a un espèce de truc qui fait qu’on connaît un puissant, un patron, le chef, une star, celà nous elève un tout petit peu plus dans le statut social. Et en nous rapporchant par procuration de ce statut social nous fournit également la reconnaissance qui va avec.

Je pense que cette même mécanique est d’ailleurs à l’oeuvre dans l’autre cas classique du t’inquiètes je connais le patron, je vais discuter avec lui pour d’obtenir une remise ou même le je connais le patron, contacte le de ma part. Je doute que dans ces cas là, l’aide proposée soit motivée par de la simple gentilesse bienveillante.

Cette mécanique, semble t’il n’a pas non plus échappée aux publicitaires 🙂

Les hommes chassent alors qu’ils ont le frigo plein

Et je rajouterai : et alors même que certaines espèces sont en voie de disparition et que tout le monde (chasseur y compris) le sait.

Dès lors, comment expliquer que quelqu’un qui mange a sa faim et n’est nullement menacé (ni lui, ni ses cultures) par un animal, prenne son fusil est l’abatte.

=> pour le trophée et toute la reconnaissance que ça lui amène. Qu’il soit fièrement empaillé dans le salon aux yeux de tous les visiteuirs ou en photo sur son mur facebook

C’est un comportement qui a pour moi la même origine que ce que je décrivais dans mon article sur les hommes qui font le barbecue : le fort besoin de reconnaissance des hommes qui ont besoin de prouver qu’ils ont bien encore une place dans cette société moderne.

Les hommes font le barbecue

Et on aime celà. Faire le feu, voir la fumée, sentir le crépitement des flammes. Faire griller la viande.

Mais je pense que ce qu’on aime surtout dans le barbecue c’est que c’est ce qui se rapproche le plus de la cuisine originelle de nos ancêtres, celle des premiers hommes, celle de la préhistoire.

Une époque où l’utilité de l’homme était clairement identifiée et reconnue : faire en sorte de nourir sa famille, en chassant….et en faisant le barbecue.

Besoin de reconnaissance vient de préhistoire montre que appartenance à communauté, rôle a jouer

Et autant le rôle de la femme (et donc la reconnaissance de son utilité) n’a pas trop changé depuis car elle continue d’être essentielle puisqu’elle donne la vie. Autant le rôle de l’homme et donc aussi la reconnaissance de son utilité, de sa place dans la société a été boulversé par la révolution agricole.

C’est d’ailleurs pour celà que je pense que le besoin de reconnaissance et peut-être plus fort chez l’homme. On a coutume de dire qu’il y a plus d' »ego » chez les hommes. A mon sens, ca peut venir en parti du besoin qu’on a de prouver qu’on est utile, qu’on a pas volé notre place.

Et ce « je suis un homme, comptez sur moi, je peux vous nourrir ! » on cherche inconsciemment encore à l’obtenir via le cérémonial du barbecue (le vrai avec du feu, pas au gaz !). En continuant à prouver qu’on est capable de nourrir sa famille même si demain nous devions être privé d’électricité ou de tout notre confort moderne.