Cookies show

L’autre jour, ma fille de 9 ans a sauté le pas de faire pour la première fois la cuisine toute seule. Elle a décidé de faire des cookies comme une grande.

Et elle l’a fait.
Elle l’a fait en me racontant tout dans les moindres détails : les étapes qu’elle réussissait, les décisions qu’elle prenaient, l’application qu’elle m’était à faire les petit tas etc.

Je pense que pendant 1h, j’ai du au moins lâcher 30 c’est bien ma fille !

Et une fois les cookies bien dorés, ultime étape avant la dégustation : la photo pour envoyer à maman. Puis pour finir une immense fierté de nous les faire goûter, et un grand plaisir pour mes papilles.

Tu ne vas quand même pas y aller tout seul ?

Ca fait plusieurs fois que je décide d’aller voir un match de foot seul. Et chaque fois, au moins une personne m’a fait la remarque suivante : mais tu y vas tout seul ? Comme si le fait d’y aller seul était un marqueur d’une mauvaise capacité sociale à se faire des amis (et à les embarquer avec moi au foot).

J’avais d’ailleurs eu le même genre de remarques quand j’avais décidé de partir seul en vacances l’été dernier.

Bref, si j’ai envie de faire un truc, si quelqu’un veut m’accompagner tant mieux, sinon tant pis je le fais quand même, sans me préoccuper du regarde des autres.

Harcèlement scolaire

Sujet chaud du moment dont les médias parlent énormément. Je suis persuadé qu’une des meilleures façons de se protéger contre se fléau c’est de remplir au maximum sa jauge de besoin de reconnaissance.

Histoire d’avoir suffisamment confiance en soi pour ne pas porter attention aux moqueries, qui, trop prises à coeur peuvent malheureusement amener à des situations extrêmes de suicide.

A noter que les auteurs des moqueries, eux, le font pour obtenir la reconnaissance de leur pairs.

Tu es rentré à quelle heure ?

C’est LA phrase qui sort en premier (aller en deuxième juste après le « bonne année ») de la bouche des gens que vous croisez le 1er janvier de chaque année.

On ne te demande en général que après si tu vas bien, si tu as passé une bonne soirée, si le repas ou encore la musique étaient bonne.

L’exemple du Nouvel An est surement le plus parlant, mais ce concours de bit(ure) pour savoir qui est rentré le plus tard se déroule aussi le dimanche matin.

C’est comme si rentrer tard de soirée c’était une sorte de graal, de reconnaissance de notre capacité à passer une bonne soirée, voir même d’être intégré socialement.

Prendre pour un con

Il me prend pour un con, ils nous prennent pour des débiles ce sont des expressions qu’on entend assez souvent quand il s’agit par exemple de critiquer des gens dont on pense qu’ils nous manipulent.
Par exemple les politiques, au hasard 🙂

Et le fait de penser qu’on est manipulé, ça nous mets en colère car c’est un manque flagrant de reconnaissance de notre intelligence.

Les layer rainbow pop cake

Si vous avez des enfants, vous n’avez surement pas échappé à la course au plus beau gâteau d’anniversaire que se livrent les mamans, à grand coup de pâte à sucre, de colorants et de photos partagés sur les réseaux sociaux.

Il y a même de plus en plus pâtisseries qui se spécialisent dans la confection de ces gâteaux d’anniversaire tous plus colorés les uns que les autres.

Et pour l’avoir expérimenté avec des enfants, ce n’est pas le goût (un simple gâteau au chocolat fait mieux le job) qui fait briller les yeux enfants.
Non, ce qui fait briller les yeux des enfants c’est de pouvoir montrer leur super beau cadeau plus beau que celui des copains, à tous les copains. Et idéalement de se prendre en photo avec.

Ce qu’ils aiment c’est le côté sur mesure de ce gâteau fait juste pour eux, avec leurs couleurs préférés, leur personnage de dessin animé favoris ou même leur photo dessus. Un puissant symbole de l’attention qu’on leur porte en ce jour si spéciale. Bien plus qu’un banal gâteau au chocolat « comme toute le monde ».

Et les mamans, elles aussi y trouvent leur dose de reconnaissance, façon super maman et super cuisinière.

Les invités sur-mangent

En général quand on est invité chez des gens on mange 2 à 3 fois plus que si on cuisinait soit même à la maison. Je pense que vous avez tous vécu se syndrome de la peau du vendre trop tendu.

Pourquoi ?
Parce qu’on a davantage faim ? Non bien sûr.
Par gourmandise ? Peut être un peu.

Mais je pense surtout que c’est le besoin reconnaissance qui nous fait manger autant.

  • il pousse notre hôte à cuisiner beaucoup (et bien) pour qu’on lui reconnaissance son talent de cuisinier/ière
  • il nous pousse nous à vouloir donner cette reconnaissance, faire honneur aux plats, et donc à tout goûter et tout manger !

Et je ne vous parle même pas (enfin si) des banquets médievaux sur-dimensionnés dont un des objectifs étaient bien sûr d’étaler ses richesses sur la table.

Faire son intéressant

On reproche souvent à ses enfants (ou à des plus grands) d’essayer de faire leur intéressant. Autrement dit se faire remarquer.

Encore autrement dit, obtenir de la reconnaissance.

1/2 milliard pour Sorare

Cette startup française vient de lever 560 millions d’€ pour développer encore un plus son activité.

Et son actvité, c’est la version digitale des fameuses vignettes de footballeur Panini à collectionner. Un jeu où le but s’est d’acheter ou collectionner les cartes les plus fortes et les plus rares. Le but étant d’avant une meilleure équipe que ses copains (et de le faire savoir).

Exactement comme dans FUT.

Les sous-marins australien

Ces derniers jours, l’affaire qui fait la une de tous les médias c’est cette annulation de contrat de 12 sous-marins commandés par l’Australie à la société Naval Group.

Hors quand on regardes en détails, « la crise » qui s’en suit n’est pas basée sur le problème des milliards perdus (30 quand même= avec cette annulation. Il y a en effet des indemnités prévus pour compenser les frais déjà engagés et Naval Group a d’autres contrats.

Non la crise actuelle est une crise diplomatique.
Une crise d’image de la France, de confiance, et de reconnaissance de nos savoir-faire. En gros, la France a perdu la face.

Et selon l’Elysée c’est suffisamment grave pour rappeler les ambassadeurs français concernés, un acte très rare dans la diplomatie sauf hors temps de guerre.